Mieux connaître les enjeux climatiques de la climatisation

Surtout en période de fortes chaleurs, la climatisation est un élément quasi-indispensable au sein d’un logement. Non seulement, elle est pratique, mais elle procure également un sentiment de bien-être et de détente quand les températures à l’extérieur ne nous épargnent pas. 

Cependant, les climatiseurs étaient considérés comme très polluants, notamment à cause des fluides frigorigènes rejetés. Mais ça c’était avant ! L’avènement des nouvelles technologies a permis de développer des climatiseurs écologiques et économiques. 

Climatisation solaire, bio climatisation, pompe à chaleur… Ces nouveaux dispositifs vous permettent non seulement de conserver votre confort tout en faisant un geste pour la planète.

La différence entre les climatiseurs d’origine et ceux écologiques

La différence entre les deux systèmes réside principalement dans les composants utilisés comme fluides frigorigènes. De plus en plus conscient de l’impact environnemental des produits utilisés, les fabricants ont opté pour gaz réfrigérants moins polluants tels que : 

  • Les fluides type HFO : ils n’ont aucun impact sur la couche d’ozone et les effets de serre sont minimes. 
  • Hydrocarbures naturels : déjà présents dans les appareils électroménagers tels que les réfrigérateurs, les hydrocarbures naturels n’impactent pas la couche d’ozone. 
  • L’ammoniac NH-3 ou R17 : parfait frigorigène, il n’a aucun impact sur la couche d’ozone ou effet de serre. 

Non seulement, cela n’affecte pas l’environnement, mais vous réalisez également des économies sur votre facture d’énergie. 

La climatisation réversible et la pompe à chaleur utilisent tous deux de l’énergie inépuisable. La pompe à chaleur utilise l’air extérieur pour réchauffer votre logement et la climatisation réversible utilise l’air chaud à l’intérieur pour refroidir.